» Recherche Avancée

DAISY MORTEM

DAISY MORTEM

Scène Française


Dinosaures. Visites médicales. Synthétiseurs. Cowboys. Supermarchés. C'est par ces mots - de prime abord sans rapports - que Daisy Mortem se présente fréquemment. S'il reste mystérieux, le projet n'en possède pas moins une forte personnalité musicale, visuelle et scénique dont la description elliptique est tout sauf gratuite


Poster Posters : affiche tes artistes préférés


Concerts
Voir les concerts hors festivals >>
Biographie

Entre noise, pop, punk et dance, le groupe nous plonge dans un univers parallèle savamment pensé, entre Eurovision et Apocalypse ... De quoi nous faire manger leur pissenlit par la racine. Issus de la scène underground Bordelaise, affiliés au collectif artistique et pour l'instant confidentiel We Are Vicious (regroupant des projets allant de l'IDM au trip-hop en passant par du trap punk), Sam Barbier et Denis Dedieu, tout deux multi-instrumentistes, rejoints en live par le clavieriste Silvio Giraldou, se présentent avec un EP déroutant, farouchement inclassable, à la croisée des genres sans jamais ressembler à un cross-over ou à une accumulation de citations.« Everyone does it », qui ouvre le bal, est un bon exemple de ce que peut-être la musique de Daisy Mortem : à la fois tubesque et avant-gardiste, quasi-technoïde tout en étant franchement rockn'roll, où les voix caverneuses et sexy succèdent à de suaves envolées électroniques. Dans le clip, les membres du groupe se retrouvent dans un enclos, entourés de dinosaures en 3D particulièrement patibulaires.Complètement déconnectés, comme projetés dans une réalité virtuelle, les réactions à retardement des musiciens et le comportement erratique des dinosaures créent l'impression étrange d'un crétacé technologique défectueux, illustrant avec brio, et peut- être contre toute attente, une certaine perception de notre époque et de la démarche musicale du groupe. Dans cette continuité,« Primitive», chanson épique aux choeurs angéliques racontant l'histoire d'amour impossible entre un chien et un robot, l'un étant trop primitif pour conceptualiser le sentiment amoureux, l'autre ne l'étant pas assez pour pouvoir le ressentir. Mais aussi « I love U », morceau punk de 2 minutes aux allures de comédie musicale prolonge cette tension constante entre sonorités organiques, émotions exacerbées voire hystériques et froideur robotique, angoisse urbaine et hyper-activité du monde moderne. « B!B!B! », inspiré par l'ambiance des plateformes téléphoniques où travaillait le chanteur du groupe, sorte de patchwork sensuel et effrayant, tantôt groovy tantôt goth, nous plonge un peu plus loin encore dans l'angoisse d'un monde répétitif et virtuel où l'obsession de la réussite, le besoin d'engranger toujours plus d'argent, l'amélioration constante de ses performances créent un être mi-homme mi-machine dont la success-story est toujours à deux-doigts de se transformer en film d'horreur. C'est, pour finir, avec « Ways » et « Wake the witch »qui viennent nuancer l'EP avec un peu de chaleur, en contenant de véritables accalmies sonores, sensuelles et libératoires, parsemées de sons lo-fi comme cassés et de basses béantes et profondes ... Avant la prochaine déflagration, qu'elle soit électro pop ou presque garage-rock

Videos
DAISY MORTEM - EVERYONE DOES IT DAISY MORTEM - EVERYONE DOES IT




Retour
  • CABARET VERT
  • BETIZFEST
  • FESTIVAL DU BOUT DU MONDE
  • GAROROCK
  • THE BEAT FESTIVAL