» Recherche Avancée

SARAH KENCHINGTON

SARAH KENCHINGTON

Musique contemporaine


Née à Cambridge en 1965, Sarah Kenchington a étudié la sculpture, l'architecture et le théâtre. Depuis 2006, ses travaux sont exclusivement tournés vers la production de dispositifs sonores activés prioritairement par des sources d'énergies naturelles : mouvement des humains ou des vagues, rien ne peut être laissé de côté !


Mobile Télécharger les tubes de cet artiste
Mobile Télécharger ses musiques sur votre mobile
Poster Posters : affiche tes artistes préférés

| More


Concerts
Voir les concerts hors festivals >>
Biographie

Attachée aux objets démodés ou obsolètes, elle pose sur eux un regard bienveillant et les envisage comme autant de pièces potentielles d'un ensemble plus large où ils sont utilisés d'une manière qui dépasse leur fonction initiale. Ses instruments et sculptures sont conçus comme des anti-automates : ses objets restent inertes sans les humains qui les activent. Rien d'automatique ni de motorisé : tout est mécanique et acoustique et, par-là même, totalement intemporel et s'entend par-delà tout phénomène de mode. Ainsi, elle crée autant d'instruments à jouer seule que de systèmes instrumentaux requérant l'action d'un grand nombre de participants et a mis au point des systèmes de notation musicale basés sur un code couleur à la portée de tous. Sarah Kenchington a présenté ses travaux au Royaume-Uni principalement (Supersonic de Birmingham, Tusk à Newcastle, Edinburgh Art Festival), à l'exception notable d'excellentes manifestations telles que Tectonics à Reykjavik ou Suoni per il Popolo à Montréal. Elle intervient lors de concerts ou d'expositions, elle anime des ateliers autour de la récupération et de la facture instrumentale DIY, compose pour le théâtre ou le cinéma expérimental. On peut placer son travail dans la lignée de ces artistes qui donnent vie aux machines, de Léonard de Vinci à Jean Tinguely en passant par Frédéric Le Junter ou Pierre Bastien. Pour la première fois en France, et à l'invitation du Festival Sonic Protest, cette Écossaise atypique vient présenter ses sculptures sonores dans l'espace fortement typé de La Générale. Afin de pouvoir se concentrer sur ses œuvres et leur donner tout l'espace qu'elles méritent, le choix a été fait de lui consacrer une exposition monographique : SOUFFLER. Entre art cinétique et art sonore, Sarah Kenchington y montrera un ensemble de pièces autonomes qu'elle a choisies pour l'occasion et, comme un nouveau défi, les relie pour qu'elles constituent un ensemble orchestral et fonctionnent en réseau, grâce à des relais humains ou mécaniques. Humaniser la machine et/ou mécaniser l'humain : Sarah Kenchington s'occupe du chaînon manquant ! Véritable orchestre mécanique qui peut jouer en son absence, son installation sonore sera activée par les visiteurs de tout âge et par elle-même en ouverture et fermeture de l'exposition lors de performances où la participation du public sera requise. À mille lieues de l'interactivité numérique, sa proposition permet de mesurer les forces en présence dans la production du son : SOUFFLER, oui, mais fort ! Les puissances convoquées sont à l'échelle de la nature et, dans ses propositions, Sarah Kenchington met en jeu des énergies telles que la force humaine, le mouvement de l'océan ou le débit d'air d'un soufflet géant. Rien de passéiste, ceci dit, dans la démarche : si ses installations auraient pu fonctionner avant l'invention de l'électricité ... elles pourront également toujours être jouées quand celle-ci manquera !

Videos
Sarah Kenchington discusses a prototype of Wind Pipes for EdinburghSarah Kenchington discusses a prototype of Wind Pipes for Edinburgh




  • OUAILLE NOT
  • ORIGIN
  • WOODSTOWER